• La fête de Pâques est une journée de réjouissances pour les Chrétiens, car elle commémore la résurrection du Christ.

    Lorsque les femme se rendirent au sépulcre pour embaumer le corps de Jésus avec des aromates qu’elles avaient préparés, elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus.

     

     

    L’apparition à Marie-Madeleine

    Marie se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Or, tout en pleurant, elle se pencha vers l’intérieur du tombeau et elle voit deux anges, en vêtements blancs, assis là où avait reposé le corps de Jésus, l’un à la tête et l’autre aux pieds. Ceux-ci lui disent : " Femme, pourquoi pleures-tu ? " Elle leur dit : " Parce qu’on a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l’a mis. " Ayant dit cela, elle se retourna, et elle voit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui dit : " Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? " Le prenant pour le jardinier, elle lui dit : " Seigneur, si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et je l’enlèverai. " Jésus lui dit : " Marie ! " Se retournant, elle lui dit en hébreu : " Rabbouni ! " – ce qui veut dire : " Maître ". Jésus lui dit : " Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis-leur : je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. " Marie-Madeleine vient annoncer aux disciples qu’elle a vu le Seigneur et qu’il lui a dit cela.

    Pourquoi chercher parmi les morts celui qui est vivant, sur le chemin il nous attends pour marcher avec lui.

    Le Christ est ressuscité des morts, par sa mort il a triomphé de la mort, il nous délivre du tombeau pour nous donner la vie.

     

    L’apparition aux disciples

    Le soir, ce même jour, le premier de la semaine, et les portes étant closes, là où se trouvaient les disciples, par peur des Juifs, Jésus vint et se tint au milieu et il leur dit : " Paix à vous ! " Ayant dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur. Il leur dit alors, de nouveau : " Paix à vous ! Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie. " Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit : " Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. "

     

     

      Les Symboles de Pâques

     

    L’agneau Pascal

    Dans la plupart des pays européens, l’agneau est l’une des pièces maîtresse du repas du dimanche de Pâques. Il rappelle  l’agneau de Dieu qui a donné sa vie pour le Salut du monde.

     

    Les œufs

    L’œuf est traditionnellement associé à la fête de Pâques, car il symbolise la renaissance, la résurrection. Par ailleurs sa forme, tout en rondeur, en fait un symbole de perfection. L’œuf a toujours été considéré comme un présent de bon augure, d’où la tradition, très ancienne, de s’offrir à Pâques des œufs décorés, peints ou gravés. Cette tradition vient également de l’interdiction de manger des œufs pendant la durée du carême. Les œufs pondus pendant cette période étaient alors conservés et décorés pour être offerts le jour de Pâques.

     

    Les cloches

    La tradition du silence des cloches prit naissance lorsque, vers le 7ème siècle, l’Église interdit de sonner les cloches en signe de deuil entre le Jeudi Saint et le Dimanche de Pâques pour commémorer le temps qui s’écoula entre la mort du Christ et sa résurrection. Les cloches ne sonnent donc pas du Vendredi Saint au Dimanche de Pâques, elles restent muettes pendant la mort du Christ. Aux offices, on remplace la clochette par une crécelle.

    La légende, dans certains pays catholiques et particulièrement en France,  affirme que, le soir du Jeudi saint, elles partent à Rome où le Pape les bénit. Le matin de Pâques, les cloches reviennent en carillonnant pour annoncer la joie de la résurrection du Christ. A Rome, elles se chargent d’œufs de Pâques qu’elles répandent à leur retour dans les jardins. Les enfants vont alors les chercher. Pour le voyage, les cloches se munissent d’une paire d’ailes, de rubans ou sont transportées sur un char.

    En Italie le Jeudi saint en signe de deuil, on attache les cloches des églises pour éviter qu’elles ne sonnent. A Pâques, les cloches, défaites des liens, peuvent de nouveau sonner.

     

    Le lapin ou lièvre

    Le lièvre est une tradition de Pâques d’origine germanique et nordique. Il était l’animal emblématique de la déesse Astre que les saxons honoraient au printemps et de la déesse de la fertilité et du printemps Ost ara en pays germanique. Elle a donné son nom à Ester (Pâques en anglais) et est resté associé aux fêtes de Pâques. De manière similaire, dans les traditions celtiques et scandinaves, le lièvre était le symbole de la déesse mère.

    Le lièvre qui a une grande fécondité (de 4 à 8 portées par an) et il symbolise l’abondance, la prolifération la vie et le renouveau. On a donné au lièvre une signification chrétienne : le Christ est parfois symbolisé par un lièvre aux oreilles grandes ouvertes pour écouter la parole divine.

    C’est en Allemagne et en Alsace, qu’on associa pour la première fois le lapin et le lièvre de Pâques avec les œufs de Pâques pour célébrer le printemps. Les enfants confectionnent des nids avec des feuilles, de la mousse ou de l’herbe qu’ils installaient dans le jardin, espérant que durant la nuit de Pâques, le lapin garnirait les nids d’œufs multicolores. Le lièvre a peu de place dans les pays catholiques, car ce sont les cloches qui apportent les œufs.

     

    La Pâquerette

    C’est la fleur de pâques. 

     

    A tous passez de bonne fête de Pâques

     


    votre commentaire
  • Vendredi Saint c’est la commémoration de la passion de Jésus-Christ.

     

     

       

     Jour solennel où l’Église célèbre le chef-d’œuvre de l’Amour du Christ pour son Père et pour nous ; jour de la Passion et de la Mort de Jésus où, remettant au Père son esprit, il donne à l’Église l’Esprit Saint. Jour de pénitence et de deuil, le Vendredi saint doit être aussi, pour être vraiment chrétien, l’Heure où l’Église contemple la Gloire du Fils de l’homme, exalté en son sacrifice même.

    On observe en ce jour le jeune et l’abstinence pour s’unir aux souffrances du Christ. Le jeûne consiste à limiter la prise de nourriture à un seul repas maigre au cours de la journée et à une collation (Pas de viande, pas de graisse animale).

    Le jeûne du vendredi saint comporte deux aspects. C’est un jeûne de deuil pour le jour de la mort du Christ. C’est aussi un jeûne pascal : avoir faim du Christ pour disposer le cœur à mieux accueillir le Seigneur ressuscité.

     

       

     

    Une procession de chemin de croix en Quatorze stations a lieu commémorant chaque scène conduisant à la crucifixion.

    1ère Station : Jésus est condamné à mort

      

    Jésus est présenté devant Pilate. Celui-ci ne trouvant aucun motif de condamnation contre Jésus le remis à la foule pour être jugé et condamné.

      2ème Station : Jésus est chargé de sa croix

      

    Jésus saisi de ses deux mains la croix qui lui est présentée, embrassé de ses deux bras avec amour, avec élan, comme un bon ouvrier prend son outil pour notre rédemption.

      3ème Station : Jésus tombe pour la première fois

     

    La croix est lourde sur ses épaules, il tombe devant les soldats qui le frappent. La foule se moque, ses ennemis triomphent. Quelle leçon d’humilité il nous donne.

      4ème Station : Jésus rencontre sa mère

      Jésus croise sa mère au détour du chemin. Elle l’attend pour le soutenir dans sa faiblesse, le consoler dans son abandon et l’accompagner jusqu’à la mort. Sa mère est là qui marche et souffre avec lui.

      5ème Station : Simon De Cyrène aide Jésus à porter sa croix

     

    Un homme, quelqu’un qui ne connait pas Jésus l’aide à porter sa croix. Ce n’est pas qu’il ne puisse pas terminer sa passion, mais il a voulu que nous fassions notre part de travail et l’ajoutions à la sienne.

      6ème Station : Une femme essuie le visage de Jésus

      

    Sur le chemin du calvaire, une brave femme se fraya un chemin parmi les soldats qui escortaient Jésus, et avec un voile elle essuya la sueur et le sang du visage du Seigneur. Beau geste qui nous blâme, chaque fois que nous n’osons pas.

      7ème Station : Jésus tombe pour la seconde fois

      

    Sous les coups de ses bourreaux perfides, Jésus-Christ tombe une seconde fois, et ses infâmes déicides le voudraient déjà sur la croix.

      8ème Station : Jésus Console les femmes de Jérusalem

      Jésus dit au femme de Jérusalem : Ne pleurez point sur mes souffrances, pleurez sur vous ! Afin que le Dieu des vengeances aient pour vous un coeur paternel.

      9ème Station : Jésus tombe pour la troisième fois

      Hélas sous cette croix pesante, Jésus-Christ tombe une troisième fois, et c’est encore à tous ceux qu’il veut sauver qu’il pense. C’est pour nous qu’il marche sous la croix.  Ô Notre dame des douleurs daignez gravez dans notre coeur les plaies de notre Sauveur.

      10ème Station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

      

    Les bourreaux arrachent sa tunique et ses vêtements sont tirés au sort.
    Toutes ses plaies sont à vif et le sang coule.
    Entre les mains de ses bourreaux
    il est un jouet qu’on traite sans aucun respect, aucune pitié.

    11ème Station : Jésus est cloué sur la croix

      Pour nous le Christ s’est fait obéissant jusqu’à la mort, et la mort sur une croix. Voilà pourquoi Dieu l’a élevé souverainement et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom. Il n’y a pas de plus grande preuve d’amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.

      12ème Station : Jésus meurt sur la croix

      Avant de mourir Jésus prononce ces paroles :

    • Père, pardonne-leur : Ils ne savent pas ce qu’ils font.
    • Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le paradis.
    • A sa mère et au disciple Jean qui se tenaient au pied de la croix, Jésus dit : Femme, voici ton fils ! et au disciple : Voici ta mère.
    • J’ai soif
    • Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
    • Tout est accompli
    • Père en tes mains je remets mon esprit

    13ème Station : Jésus est détache de la croix et remis à sa mère

      Le Corps sans vie de Jésus est remis à sa mère. Ils l’enveloppèrent dans un linceul. Comme le sabbat allait commencer, Jésus fit enseveli dans un tombeau tout proche.

    14ème Station : Le corps de Jésus est mis au tombeau

     Le tombeau est la dernière étape de la mort du Christ au cours de toute sa vie terrestre ; C’est le signe de son sacrifice suprême pour nous et pour notre salut.


    votre commentaire
  •  

    La semaine Sainte débute avec le Jeudi Saint.

     

    Le Jeudi saint, on commémore la Cène, le dernier repas de Jésus pris avec ses disciples avant sa crucifixion, et aussi le lavement des pieds.

    La Cène

     

     

    Le soir de son dernier repas, Jésus partage le pain et le vin et les compare à son corps, à sa vie qu’il choisit librement d’abandonner entre les Mains du Père
    "Ma vie nul ne la prend mais c’est moi qui la donne." Jean(10,18)
    afin que les hommes sachent de quel amour il aime Dieu et ses frères, afin que les hommes sachent de quel Amour Dieu les aime.
    Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis." Jean( 15,13)
    Jésus donne tout pour dire la Plénitude d’une vie avec Dieu et pour inciter ses amis à se mettre en marche (pain rompu pour un monde nouveau)…
    "Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés." Jean(13,34)

     

    Le lavement des pieds

     

       

     

    Au cours de ce même repas, Jésus lave les pieds de ses disciples. Il s’agenouille devant chacun des douze, leur témoignant ainsi la tendresse qu’il a pour eux. Ce geste du lavement des pieds est repris durant la messe du jeudi saint. Il signifie que nous devons tous être serviteurs les uns des autres.


    votre commentaire
  • OU DIEU VEUT QUE JE SOIS...

     

    J'écoutais l'histoire d'un homme d'affaires que je ne connais pas,

    mais je savais que Dieu voulait que j' écoute son histoire.

     

    Il était en charge de la sécurité d'une compagnie

    qui avait invité les survivants d' une autre compagnie

    qui avait été décimée par l'attaque des tours jumelles

    à partager ses bureaux. D'une voix respectueuse,

    il raconte pourquoi ces personnes ont survécu

    tandis que leurs collègues sont morts.

      Vous avez peut-être entendu parler du directeur

    de la compagnie qui est rentré plus tard ce jour-là

    parce que son fils commençait la maternelle.

    Un autre gars était vivant parce que

    c'était son tour d'apporter des beignes. 

      

    L'histoire qui m'a le plus marqué est celle de l'homme

    qui portait une paire de chaussures neuves ce matin-là.

    Avant d' arriver au travail, il s' est rendu compte

    qu'il avait une ampoule au pied.

    Il s'est arrêté à une pharmacie pour acheter des pansements

    C'est pour cette raison qu'il est vivant. 

      

    Alors maintenant, quand je suis pris dans un bouchon

    de la circulation, ou quand je manque mon ascenseur,

    ou quand je dois retourner pour répondre au téléphone...

    Toutes ces petites choses qui me dérangent...

    Je me dis que je suis exactement

    là où Dieu veut que je sois à ce moment précis.

    Que Dieu continue à nous bénir en nous dérangeant

    avec ces petites choses. 

      

    UNE PETITE VOIX A L'INTERIEURE

     

    T'est-il déjà arrivé d'être juste assis, puis tout à coup

    tu as eu le goût de faire quelque chose de gentil

    pour quelqu'un que tu aimes bien...

    C'est Dieu... Il te parle par son Esprit Saint 

      

    T'est-il déjà arrivé de penser à quelqu'un

    que tu n' avais pas vu depuis longtemps, puis tout à coup,

    tu le vois ou tu reçois un appel ou une lettre de cette personne.

    C'est Dieu... Les coïncidences n' existent pas. 

      

    T'est-il déjà arrivé de recevoir quelque chose de merveilleux

    que tu n'avais même pas demandé, comme de l'argent

    par la poste, une dette qui a été mystérieusement réglée,

    ou un coupon rabais dans un magasin où tu venais

    juste de voir un article que tu voulais avoir mais que

    tu n'avais pas d'argent pour l'acheter...

    C'est Dieu... Il connaît les désir de ton coeur. 

      

    T'est-tu déjà trouvé dans une situation où tu ne savais pas

    vraiment comment les choses pourraient s'améliorer, jusqu'à ce

    que plus tard, tu regardes la situation avec du recul...

    C'est Dieu... il nous aide à traverser les épreuves afin

    que nous puissions voir un jour meilleur. 

      

    Dans tout ce que nous faisons, nous devrions toujours rendre

    grâce à Dieu, et nos bénédictions continueront de se multiplier.

     

     

     


    votre commentaire
  • Les Sept Pêchés Capitaux (Acrostiche)


    S.avoir partager est une chose bien plus enrichissante
    E.t instructive que L’avarice ne pense tu pas mon amour.
    P.ouvoir donner de l’amour, sans rien attendre en retour
    T’honneur et libère mon cœur. De toute Colère


    P.rendre et assouvir sans peur du regard des autres
    E.nvie et folie douce, n’est pas un crime
    C.ommettre l’irréparable en ce glissant dans tes bras
    H.âter mes lèvres sur les tiennes est une douce Gourmandise
    E
    .ssaye de comprendre, que rien n’est parfait
    Sacrifie toi à l’autre, oublie ta personne pense a moi mon ami


    C.harme charnel et attirance corporelle, n’est pas cruel
    A.mour partagé avec tant de beauté n’est pas Luxure
    P
    .asse tes mains sur mes courbes qui ne demandent qu’à aimer
    I.magine l’impact de nos deux corps brûlant de plaisirs
    T.on Orgueil risque de te jouer des tours
    A trop vouloir te préserver de moi, tu risques de me perdre
    U.n jour lasse de ta Paresse, je te quitterais sans regrets
    X.érés et solitude sera pour toi tes seules compagnes.

     

     

    L’AVARICE

    C’est le vice qui associe la possession et la jouissance de la possession.
    Pour l’Eglise, l’avare est asocial car il met en péril
    la communauté en empêchant le partage.

     

    LA COLERE

    La colère est la fille de l’avarice et de l’envie.
    Elle se manifeste de trois façons : colère de la bouche (insultes),
    de l’action (violences) et du coeur (arrogance).

     

    L’ENVIE

    Refus de se réjouir du bonheur d’autrui ou satisfaction de son malheur :
    Dans la bible, le premier à souffrir de l’envie est Caïn,
    qui tua son frère Abel dont il pense qu’il est le préféré de Dieu.

     

    LA GOURMANDISE

    Faute contre Dieu et gourmandise sont souvent liées dans
    l’histoire biblique, à commencer par Adam, Eve et leur pomme.
    La gloutonnerie s’oppose à la mortification du corps par le jeûne.

     

    LA LUXURE

    Dérèglement des sens, la luxure n’est pas uniquement sexuelle,
    elle est la prise du pouvoir du corps (diabolique) sur l’âme (divine).

     

    L’ORGUEIL

    C’est le pêché le plus grand, celui qui donne naissance à tous
    les autres et les résume : l’attribution de nos propres
    mérites de qualités vues comme des dons de Dieu.

     

    LA PARESSE

    Refus d’accomplir les tâches essentielles, la paresse entraîne l’acédie
    (relâchement de l’âme qui n’est pas conforme à sa nature et ne résiste
    pas vaillamment aux tentations) ou l’incapacité de faire quoi que ce soit.


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique